7h00: Je prend mon service, il y a déjà 3 ou 4 familles en salle d'attente (ici on parle de famille et non pas de patient...). La nuit a été agitée avec 8 passages de patients grippés ou suspect de l'être. L'épidémie de grippe semble prendre de plus en plus d'ampleur ici. Dans les rues, dans les bureau ou dans les magasins on voit de plus en plus de gens avec un masque sur le visage.
11h00: Une jeune femme de 38 ans renversée par un camion vient d'arrivée, la jambe est en mauvais état, on fait les premiers soins et on lance un bilan rapide. Alors que sa tension commence à chuter, j'essaye de me débrouiller avec mon anglais encore hésitant pour prévenir le chirurgien et l'anesthésiste.
13h00: Une jeune femme d'une vingtaine d'année vient d'être amenée inanimée par un véhicule particulier, elle a été victime d'un "trafic accident". Elle est installée au déchocage et on constate qu'elle est en arrêt cardio-respiratoire, victime d'un traumatisme thoracique. Il n'y a malheureusement plus rien à faire. Les cris de sa mère arrivée peu après résonnent dans le long couloir des urgences
15h00: Une famille vient se plaindre parceque le chirurgien plasticien qui devait suturer la plaie d'un enfant n'est toujours pas là...
18h00: je quitte le service alors que les patients continuent a arriver (en moyenne une cinquantaine par jour actuellement avec des pointes à 70 comme dimanche dernier)
18h30: je me ballade dans le quartier populaire qui jouxte le FVH a la recherche d'un vendeur ambulant où je pourrais acheter quelques nems pour une poignée de dongs. Les rues sont très animées à cet heure là malgré la bruine. La vie a quand même quelques bons côtés...