Duan & DungTrane & Adderley
Dans la rubrique il n'y a pas que la médecine dans la vie, et après les crêpes, voici donc ma deuxième passion, ou plus exactement ma première, puisque j'ai découvert le jazz et le saxophone au début des années 90 bien avant le rozen et le bilig.
Tout a commencé par un vinyl de Coltrane intitulé Big Nic égaré parmi des disques de reggae, puis il y eu Kind of blue, Giant Step, Bluetrain (enlevez le i et vous aurez mon pseudo) et me voilà entré dans l'univers Coltrainien. Il faut aussi que je remercie Jean Lecorvoisier et la radio Neptune qui a bercé mes nuits blanches d'étudiant en médecine ainsi que Charles et son cabaret Brestois Le Vauban où on pouvait rentrer à l'oeil pour le deuxième set.
Et comme ça ne me suffisait pas d'écouter les solos de Coltrane ou d'Art Pepper, j'ai cassé ma tirelire de l'époque pour acquérir un superbe Sax Alto Selmer (la Rolls des saxo). Ensuite il y eu la courte expérience de ça va jazzer en finistère avec un fameux (fumeux) septet dont je me réjouis aujourd'hui qu'il ne reste aucune trace audio.
Et puis plus rien pendant 15 années, mis à part quelques soirées au Vauban pour me rappeler mes meilleurs souvenirs musicaux.
Tout cela pour répondre à ceux qui s'inquiétaient: ça y est, je me suis remis au saxo avec un prof cette fois-ci, ce qui devrait m'éviter de tomber dans certains travers. Bien sûr Dung n'est pas Canonball Adderley et je suis encore moins Coltrane même si je lui partage 4 lettres coincées entre le L et le E. Mais avec de la volonté et un peu de travail, on devrait arriver à faire quelque chose.
On peut toujours rêver...