HanoiC'est donc à Hanoï (prononcer Hà Nôi en insistant sur le Ha) que nous avons passé le nouvel an, de retour d'une escapade à Sapa qui fera l'objet du prochain billet. Hanoï, donc, capitale du Nord Vietnam puis du Vietnam tout court depuis la réunification du pays au départ des américains en 1975. La ville s'apprête à fêter le premier millénaire depuis sa fondation en 1010. Elle est située sur la rive est du fleuve rouge qui tire son nom de la teinte de ses eaux limoneuses et qui prend sa source en Chine dans la région du Yunnan à environ 1000Km de là.

Première impression, c'est le froid qui nous a un peu pris au dépourvu. Seulement 15 à 20° contre 30° au même moment à Saïgon. C'est pourtant cette fraîcheur que nous étions venus chercher, en bons bretons nostalgiques. Nostalgique, c'est justement le terme qui vient à l'esprit pour décrire l'atmosphère qui se dégage du vieux quartier et des quelques lacs que compte la ville.

HanoiPour bien s'imprégner de l'ambiance, il faut se lever tôt, vers 7 heures du matin et aller flâner du coté du lac Hoan Kiem, le lac de l'épée restituée. Il y a là déjà quelques Hanoïens qui pratiquent des exercices de gymnastique en petits groupes ou seuls. D'autres adoptent la posture du "lotus" en pleine méditation, où encore s'adonnent à une partie d'échecs.

HanoiHanoiHanoiHanoi

HanoiA deux pas de là, on se laisse entrainer dans le vieux quartier où les premières échoppes ont déjà levé le rideau. Le quartier est divisé par corps de métiers. On y trouve la rue des cordonniers, celle des opticiens, un peu plus loin celle des ébénistes ou encore celle des vendeurs de bondieuseries en tout genre, il y a même une rue spécialisée dans les calendriers 2010!
HanoiHanoiHanoi


HanoiSur le chemin, on croise des vendeuses en tout genre et de tous âges, des coiffeurs-barbiers qui officient à même le trottoir, une moto-tricycle un peu bidoullée, un hôtel de 7 étages qui tient plus de la pièce montée que d'un établissement hôtelier.
HanoiHanoiHanoi

Voilà un petit tour rapide de cette ville qui ne serait pas complet si je ne vous parlais du mausolée où repose la dépouille de Hô Chi Minh, le père de la nation qui fait l'objet d'un véritable culte méticuleusement entretenu pas les autorités Vietnamienne. Pas un bâtiment officiel qui n'abrite son portrait ou sa statue. Ambiance plutôt glacée dans la pénombre du mausolée, où on défile silencieusement à la queue devant un petit vieillard à l'aspect de marbre, entouré de quatre gardes immobiles en tenue d'un blanc immaculé.

Mausolée Ho Chi MinhIl parait que dans son testament, Hô Chi Minh avait souhaité être enterré dans la plus grande simplicité.
C'est raté...