Carte Nord Vietnam
Suite de notre escapade nordiste. Nous vous avions laissés à Hanoï à contempler le lac de l'épée restituée. On se retrouve donc trois jours plus tard dans un train de nuit qui nous amène vers Lao Caï, une ville perdue aux contreforts des montages qui bordent la frontière entre le Vietnam et la Chine.
La voie ferrée a été construite par les Français à partir de 1901 dans le but de rejoindre la Chine et de coiffer sur le fil les Anglais qui faisaient la même chose à partir de la Birmanie. C'est le fameux chemin de fer du Yunnan dont la construction qui s'étend sur près de 400Km aura tout de même coûté la vie à 12.000 ouvriers Chinois et Vietnamiens et 80 Français...Lire à ce sujet l'article sur la compétition qui se jouait à l'époque entre les puissances occidentales pour se partager le gâteau Chinois.
Article Persée Chemin de fer en Chine

On prend place à bord du King Express, un genre de train couchettes à compartiments comme il n'en existe plus en France depuis l'avènement du TGV. Le terme express est un peu usurpé car il faudra tout de même 8 heures à la vieille locomotive diésel Tchèque pour parvenir à nous hisser jusqu'à Lao Caï où nous arriverons à 5 heures du matin. A cette heure là, la ville frontière dort encore paisiblement et nous prenons donc un minibus en direction de Sapa, village perdu aux confins de la chaîne de montagne du Fan Si Pan, le point culminant du Vietnam (3143m).
Sapa ouestSapa est

La station fut crée par les Français au début des années 1900 pour y installer d'abord un camp militaire puis un sanatorium militaire, du fait de son climat doux (Sapa est située sur un plateau à 1600m d'altitude). Petit à petit cette douceur attirera les colons fuyant les chaleurs estivales du delta du fleuve rouge. Le gouverneur du Tonkin y installera même un temps ses quartiers d'été. La station atteindra son apogée à la fin des années 30, puis viendra la guerre et l'occupation Japonaise avant que le Viet-Minh ne s'empare définitivement de la bourgade en 1950. Deux ans plus tard (et 2 ans avant Dien Bien Phu) l'aviation française n'hésitera pas à bombarder Sapa, détruisant ainsi la plupart des villas et édifices militaires construits pourtant par les Français. Il ne reste donc plus beaucoup de vestiges de cette époque. Sapa, un temps abandonnée, se repeuplera à partir des années soixantes. Il faut dire ici que les ethnies Dao et H'Mong venues du sud de la Chine et installées dans les montages de longue date n'ont jamais quitté les lieux malgré l'histoire tourmentée de la région. Mais j'aurai l'occasion d'y revenir.
Marché de SapaDepuis les années 90, Sapa connait une nouvelle renaissance basée sur le tourisme. La ville qui compte aujourd'hui près de 2000 hébergements (chambres d'hôtel, pensions, auberges etc) est devenue un centre touristique très prisé des étrangers, mais également des Vietnamiens qui viennent y passer un week-end. C'est en effet un point de départ pour de nombreuses randonnées dont l'ascension du Fan Si Pan. Même si la ville en elle même, ne présente pas beaucoup d'intérêt, c'est un lieu très animé, multicolore et cosmopolite où l'on croise de nombreuses femmes des minorités H'Mong et Dao qui viennent y vendre leurs broderies au marché.

SapaSapaSapaSapaSapa
SapaSapaSapaSapaSapa
SapaSapaSapaDans le King Express Sapa-Hanoï