h'Mong SapaJe vous avais promis de consacrer un article sur les minorités ethniques que nous avons croisées lors de notre séjour à Sapa il y a 3 semaines. Cela m'a pris un peu de temps car jusqu'à encore quelques semaines je ne connaissais pas grand chose sur ces peuples de montagnards. Mes seules références étant alors Sergio (qui laisse de temps en temps des commentaires sous divers pseudos ésotériques) et Clint Eastwood. Le premiers a vécu parmi les h'Mong de Cacao en Guyane française pendant un an, et le second a consacré un film intitulé "Grand Torino" où la tragédie des h'Mong exilés aux USA sert de trame de fond.
Tout d'abord il faut savoir qu'il y a au Vietnam plus d'une vingtaine d'ethnies dites minorités. Les principales étant les Tay, les Dao (le D se prononce Z au Vietnam) et biensûr les h'Mong qui sont les plus nombreux et sans doute les plus connus. Ces derniers ayant encore récemment été sous les feux de l'actualité lorsque la Thaïlande a décidé de renvoyer au Laos un camp entier de 4000 réfugiés h'Mong installés sur son territoire depuis plus de 30 ans.
h'Mong Sapa h'Mong Sapa

Ceux que nous avons rencontrés à Sapa étaient des h'Mong noirs (couleur de base de leur tenue de chanvre teintée à l'indigo, agrémentée de broderies très colorées) et des Dao, reconnaissables au turban rouge que portent les femmes sur leur tête. Vous les reconnaîtrez facilement sur les photos de notre randonnée en pays h'Mong / Dao. L'organisation sociale des h'Mong repose en grande partie sur le clan familial. Ainsi les maisons traditionnelles en bois abritent parfois jusqu'à quatre générations. Comme vous le constaterez, ce sont surtout les femmes qui apparaissent en public, les hommes étant beaucoup plus effacés. Il faut dire que le sort qui est réservé à la gente féminine est un véritable fardeau, à l'image du panier tressé qu'elles portent toutes sur leur dos, l'ancêtre du sac à dos. Mariées à l'âge de 14 ans, il n'est pas rare qu'à 18 ans elles aient déjà eu 2 ou 3 enfants. Outre les tâches ménagères et maternelles, ce sont encore les femmes que l'on retrouve dans les rizières à planter, repiquer puis récolter le riz.
SapaSapaSapaSapaSapaSapaDispensaire SapaSapaBuffle Sapah'Mong Sapa
A Sapa, le développement du tourisme a quelque peu modifié leur mode de vie puisqu'elles consacrent une grande partie de leur temps à venir vendre leur artisanat (broderie) aux touristes, parfois en parcourant à pied des dizaines de kilomètres depuis leur village. Il est d'ailleurs étonnant de constater avec quelle facilité elles communiquent dans un Anglais tout à fait correcte alors qu'elles ne l'ont pas appris à l'école. Ce fait est d'autant plus remarquable qu'elles ne parlent quasiment pas un mot de Vietnamien! Malgré cette influence du tourisme, les h'Mong semblent restés très attachés à leurs traditions dont le port du costume traditionnel n'est sans doute que l'expression la plus visible.
h'Mong SapaL'origine géographique des h'Mong se situe en Chine du centre puis du sud. Leur migration étant alors déjà liée à des problèmes avec l'ethnie majoritaire Hanh (la majorité des Chinois). Ce n'est que le début d'un long exode qui les verra migrer, au début du XIX siècle, vers les régions montagneuses du nord Vietnam mais également du nord Laos, puis vers la Thaïlande et la Birmanie. La plupart du temps ils s'installent dans ces régions montagneuses délaissées car trop difficiles à cultiver. Ils développent alors une agriculture en terrasses permettant de subvenir à leurs besoins alimentaires malgré un relief particulièrement hostile. Vous distinguerez très bien ces cultures sur les photos avec de temps en temps un buffle qui paisse tranquillement dans la boue des rizières. Au cours du XX siècles, les h'Mong développeront également la culture du pavot et donc la production d'opium dans une région connue sous le nom de triangle d'or.
Boucherie SapaL'histoire récente des h'Mong se confond avec l'histoire tourmentée de cette région du monde, convoitée d'abord par la puissance Coloniale Française jusqu'en 1954 (date de la chute de la bataille de Dien Bien Phu) puis par les Américains (jusqu'en 1975) qui voulaient y barrer les route du communisme. Ils se soulèvent une première fois contre le colonisateur Français (1917-1922) avant d'être utilisés par ce dernier pendant la bataille de Dien Bien Phu. Ils seront abandonnés par la France lors de la débâcle de 1954 avant que la France ne leur accorde l'asile bien plus tard.
Sapah'Mong Sympah'Mong Sympah'Mong SapaSapa
L'histoire n'en a donc pas fini avec les h'Mong puisqu'après le départ des français ils seront enrolés à partir de 1962 par les américains et la CIA au cours d'une guerre dite secrète qui consistait à infiltrer une région du Laos alors tenue par le Viet Minh communiste. Au départ des Américains de la région en 1975, ces h'Mong seront donc considérés comme des collaborateurs par les vainqueurs communistes du Vietnam et du Laos. C'est le début d'une nouvelle tragédie et d'un nouvel exil vers les camps de réfugiés Thaïlandais pour certains et vers les Etats-Unis ou la France pour d'autres. C'est de cette époque que date leur implantation en Guyane Française à Cacao et à l'Acarouany (j'ai pu moi même le constater lors d'une visite de l'ancienne léproserie de l'Acarouany lors d'un bref passage à Javouhey il y a une dizaine d'années).


h'Mong Sapa Voilà pour ce survol rapide et bien sûr très approximatif et simplifié de l'histoire récente de ce peuple qui a su garder ses traditions, du moins pour ceux qui sont restés dans la région d'Asie du sud-est. En ce qui concerne les nouvelles générations d'immigrés aux Etats-Unis c'est une autre histoire, car de nombreux témoignages font état de graves problèmes identitaires et culturelles.





Voici une carte des principales ethnies du Vietnam (en 1970...) et quelques liens:Carte ethnies Vietnam 1970
Site présentant les différents types de h'Mong:http://www.globalwanderings.co.uk/e...
Blog consacré aux h'Mong de Cacoa en Guyane: http://objectif-cap-sizun-polynesie...