Galerie copistes
Le Vietnam a une tradition d'art pictural qui remonte à la présence française et à la création de l'école des beaux arts d'Indochine en 1925. Depuis cette époque, l'art de la peinture à l'huile en particulier, s'est perpétué de générations en générations. Aujourd'hui encore il existe une école Vietnamienne de peinture, mais rare sont les artistes qui arrivent à en vivre. Bon nombre d'entre eux sont donc contraint de s'adonner à un exercice moins prestigieux mais bien plus lucratif: la copie.

Peinture VietnamienneGalerie copistes
Ainsi, lorsque l'on arpente les rues de Ho Chi Minh, l'une des curiosités ce sont justement ces galeries de peintures où pour quelques dizaines de dollars, vous pouvez devenir acquéreur d'un Picasso, un Matisse, un Klimt ou encore un Botéro. Toutes ces toiles sont bien sûr des copies, mais ne vous y trompez pas, ces peintres sont de véritables artistes qui apportent toujours une touche personnelle.
Atelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistes

Atelier copistesCe matin, je vous invite à visiter l'atelier Câu Vông, l'un des plus important de la ville. Situé à la périphérie de la mégalopole, en bordure de rivière, on y accède par un petit pont d'où on aperçoit le toit rouge et jaune de l'atelier. Au fond d'un impasse, un écriteau "open" nous invite à découvrir ce lieu insolite. A l'entrée, deux jeunes font une pause "babyfoot" en attendant de reprendre leur pinceau. Au fond du hangar d'une centaine de mètres carrés, Oanh et Roland nous accueillent avec plaisir, toujours heureux de nous faire decouvrir leur atelier.



Atelier copistesCe samedi matin, une dizaine de peintres s'affairent devant leur chevalet. Assis devant leur toile, ils tiennent d'une main leur modèle (simple reproduction parfois de la taille d'une carte postale) et de l'autre leur pinceau. Il y règne une ambiance studieuse et décontractée, chacun s'attachant à coup de petites touches à peaufiner leur travail.

Atelier copistesOn y croise ainsi une bombonne de smarties en cours de coloration, une Gaisha qui commence à prendre forme, sous le regard d'un Jimmy Hendrix plus grand que nature. Un peu plus loin, le portrait du Maréchal Ney et sa tignasse rousse semble veiller sur cette armée de peintres, alors que dans un coin, des boxeurs se livrent à un éternel combat sous les yeux d'un cocker en tenue d'académicien. Assis en tailleur, un jeune artiste a délaissé ses toiles pour s'improviser décorateur de meuble sous le regard intrigué d'une héroïne de BD. Dans quelques jours, toutes ces toiles feront le bonheur de leurs commanditaires. Dans un pièce voisine, des oeuvres plus personnelles sont exposées par les artistes de l'atelier, histoire de rappeler qu'ils sont avant tout des créateurs et non de simples copistes.

Atelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistesAtelier copistes

Voilà, fin de la visite de ce lieu insolite et hétéroclite qui, j'en suis sûr, émerveillerait celle qui se fait appeler KriKiss au décours des commentaires de ce blog.
Si vous êtes passionné par la peinture Vietnamienne, il existe un ouvrage consacré à cette école, intitulé "La peinture Vietnamienne, entre tradition et modernité" de Corinne Ménonville, paru en 2003.
http://www.reseau-asie.com/ouvrage/...

Site web de l'atelier Cẩu Vồng:http://cauvongart.com/main.php