cyclo à Phnom-penh
cyclo à Saigoncyclo à Phnom-penhcyclo à Saigoncyclo à Phnom-penhcyclo à Saigoncyclo à Phnom-penhcyclo à Phnom-penhcyclo à Phnom-penhcyclo à Phnom-penhcyclo à Phnom-penhcyclo à Saigoncyclo à Hoi Ancyclo à Saigoncyclo à Phnom-penhcyclo à Phnom-penh
C'est une des attractions de l'Asie du Sud-Est: les cyclopousses. Sorte de croisement entre le Rickshaw indien et la bonne vieille bicyclette. On attribue communément l'invention du "pousse-pousse", son ancêtre, aux Japonais en 1868, pour remplacer le traditionnel palanquin (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pousse...). Particularité du cyclopousse version Viet, c'est que contrairement à la plupart des moyens de transport de ce type de par le monde, c'est une traction arrière. La chauffeur, installé à l'arrière, surplombe le client installé confortablement dans un fauteuil à l'avant. Avantage: la vue imprenable sur le paysage qui défile devant vous. Inconvénients: le trafic, le bruit, les gaz d'échappement.
cyclo à Phnom-penhEn 1988, lors de mon premier voyage, il y avait à Ho Chi Minh des centaines, peut-être même des milliers de cyclos, qui faisaient office de taxi, car à l'époque il n'y avait ni voiture ni mobylette. Plus de 20 ans après, les choses ont bien changé. Les cyclos ont été remplacés par des taxis à quatre roues et les derniers exemplaires ne sont plus là que pour les touristes en mal d'exotisme. On peut les voir errer autour du marché de Ben-Thanh, à la recherche du pigeon qui, pour quelques dollars, daignera sacrifier au rituel.
cyclo à Phnom-penhL'heure de gloire des cyclopousses est donc bel et bien révolue, comme l'atteste ces panneaux de circulation qui leur interdisent dorénavant l'accès aux principaux boulevards de Saigon, les cantonnant au centre historique de la ville. Mais comme les choses évoluent vite, et qu'un vent d'écologie et de nostalgie semble souffler de nouveau (témoin le "Vélib" Parisien), peut-être qu'un jour, on redécouvrira les vertus de ce mode de déplacement qui ne pollue pas, qui est silencieux et qui laisse le temps d'admirer le paysage.
cyclo à BaliIl est curieux de comparer les différents tricycles qui font usage de cyclopousse dans les différents pays d'Asie. Le Rickshaw indien (également présent à Saigon du temps de l'Indochine) était à l'origine tiré à bras d'hommes, pieds nus, tel un cheval. C'était une époque où l'homme et l'animal partageaient le même destin. A Phnom-Penh, au Cambodge, le cyclopousse est un moyen quasi incontournable pour se déplacer, au même titre que le "tuk tuk", sa version motorisée.
cyclo à BeijinIl en existe aussi en Chine, composé d'une minuscule cabine pour protéger des intempéries. A Bali également nous en avons croisé deux spécimens très bien décorés. Quant à Singapour, le seul spécimen que nous avons croisé ressemblait d'avantage à un side-car...
cyclo à SingaporeEn 1988, j'avais déjà pris la caméra "superhuit" Bolex de mon père pour filmer les rues de Ho Chi Minh, à bord d'un de ces cyclos. Je ne sais malheureusement pas ce qu'est devenue cette pellicule de quelques minutes. Alors à défaut de superhuit, je vous propose cette petite ballade dans les rues de Phnom Penh à bord de ce vieux cyclo. La technologie vidéo a un peu changé en 23 ans, mais l'émotion je l'espère reste intacte.