Dylan concert HCMCe devait être l'évènement musical de l'année ici à Ho Chi Minh. Bob Dylan, la légende vivante du folk-rock américain des années 60, de passage au Vietnam pour un concert unique ce 10 Avril. On en faisait déjà un concert culte, lui qui, il y a 50 ans s'était fait le porte parole de la contestation contre la guerre du Vietnam, aux côtés de Joan Baez.
Dylan & BaezMais le Vietnam d'aujourd'hui n'a plus grand chose à voir avec ce qu'il était à cette époque et les Vietnamiens pour la plupart ne connaissent pas Dylan ni ses chansons. C'est donc essentiellement la communauté expatriée qui s'était donnée rendez-vous au RMIT stadium. Les stars Vietnamiennes du moment avaient fait le déplacement pour une première partie très "variété vietnamienne".
Dylan concert HCMPuis vint le moment tant attendu. Dylan, du haut de ses 70 printemps, a encore de beaux restes, et il a su s'entourer d'excellents musiciens. C'est un vrai professionnel, la n'est pas le problème. Le concert allait durer deux heures pendant lesquelles on aura pu écouter des morceaux mythiques comme "Highway 61 revisited" ou "Like a rolling stone". Mais la musique n'est pas tout dans un concert. Il faut un artiste, un public et alchimie entre les deux qui fait toute la différence. Malheureusement, ce soir là, Dylan avait oublier tout simplement de s'adresser à son public. Pas de bonjour ni au revoir, encore moins de discours enflammé contre la guerre -mais on en demandait pas tant-. Il est bien loin le temps où le jeune Dylan chantait le "protest song" le plus connu de la planète, Blowing in the wind:
How many years must a mountain exist / before it is washed to the sea? How many years can some people exist / Before they're allowed to be free? An' how many times can a man turn his head, / An' pretend that he just doesn't see? The answer, my friend, is blowin' in the wind, /The answer is blowin' in the wind.

A défaut de Blowing in the wind, voici un extrait de "Like a rolling stone" pris à une centaine de mètres de la scène avec ma petite caméra Zoom Q3. Tendez l'oreille et vous reconnaitrez la voie nasillarde de Dylan, qui a elle aussi un peu vieilli.