Riz Noir Anna MoiIl y a quelques semaines, j'ai eu l'occasion de faire une double rencontre assez rare: celle d'un livre et de son auteur. Le livre s'intitule "Riz noir". Paru en 2004, ce premier roman, je l'avais tout de suite acheté au "chant des livres" à Plougastel. Cela correspondait à l'époque avec mon premier séjour comme médecin au FVHospital qui s'appelait alors Hôpital Franco-Vietnamien. En fait, après la lecture des premiers chapitres j'avais été déconcerté par la construction de l'histoire dont j'avais du mal à suivre le fil.

Riz Noir Anna MoiMais la rencontre d'Anna Moi à l'occasion d'une "causerie" à la librairie française de Saïgon, a changé ma vision du livre et m'a surtout donné envie de le relire et de me plonger dans cette période de l'histoire tourmentée de ce pays. J'ai donc effectué mes recherches "historiques" en parallèle avec la lecture du roman, en avançant à la même vitesse que l'histoire racontée par Anna Moi. Bien sûr il y a internet et l'immensité quasi galactique des informations accessibles même ici au Vietnam.
Mais il y a mieux que cela: les archives personnelles du paternel! Bien rangées au fond d'un placard, des dizaines de coupures de journaux allant du Monde à l'Humanité en passant par l'Express et Paris Match. On y trouve en particulier le numéro 1107 de Paris Match daté de juillet 1970, qui consacre sa rubrique "L'évènement" au bagne de Poulo Condor. J'aurais l'occasion d'y revenir plus tard car la visite de cet îlot rebaptisé "Con Dao" est déjà programmée pour le mois de mai.

Mme NhuEn attendant, revenons à Riz Noir et aux échos qui résonnent dans mon esprit à la lecture de ce livre: 1955, fin de la présence française et partition du Vietnam en deux de part et d'autre du 17ème parallèle selon les accords de Genève. C'est l'avènement du Président Ngô Dinh Diem au Sud Vietnam, tandis que Hô Chi Minh s'installe à Hanoi, capitale du Nord Vietnam. Mme Nhu, la "Dragon Lady", belle soeur du président et "première dame" de l'état, multiplie les déclarations fracassantes. Le "clan Nhu", issu d'une famille catholique de Hué, va progressivement s'attirer l'hostilité de la majorité bouddhiste et perdre le soutient du gouvernement américain.

Immolation d'un bonze L'année 1963 marque un tournant. Un jour de juin, un bonze venu du Hué en voiture s'immole sur un carrefour de Saïgon. Le 2 novembre le Président Diem est assassiné au lendemain d'un coup d'état, tout juste 3 semaines avant l'assassinat de Kennedy à Dallas.

Minh exécution L'année 1968 marque l'offensive dite du têt qui mettra Saïgon à feu et à sang pendant plusieurs jours. Un jeune homme accusé d'être un Viet Công est descendu en direct d'une balle dans la tête. La photo, prise par le photographe Eddie Adams au moment où la balle percute le crâne du jeune homme, fait la une des journaux du monde entier. La photo est devenue presque aussi célèbre que celle du soldat républicain espagnol de Robert Capa. Elle lui vaudra le prix Pulitzer.

Tous ces évènements j'en ai souvent entendu parler même si j'étais trop jeune pour en garder un réel souvenir. Mais il aura suffit de relire les pages de Riz Noir et de retrouver quelques coupures de journaux pour les faire resurgir. Je ne sais pas si je vous ai donné l'envie de parcourir ce livre car ce petit résumé historique ne reflète pas la teneur et le style d'Anna Moi, plein de couleurs et d'odeurs.

Pour en savoir un peu plus sur Anna Moï, écoutez cette interview de l'écrivain qui revient sur le chapitre de "Riz Noir" consacré aux femmes du bagne de Poulo Condor: