Marais salant à Can gio
Inutile de multiplier les kilomètres pour changer d'air. A seulement 70Km au sud-est de Saïgon, la péninsule de Cần Giờ offre un dépaysement total. Je vous y avais déjà emmené il y a quelques mois pour visiter cette région marécageuse, jadis dévastée par les défoliants durant la guerre dite "du Vietnam". Depuis la fin de la guerre, un vaste de programme de réhabilitation a permis de reconstituer une végétation faite exclusivement de plantes aquatiques dont plusieurs variétés de palétuviers. Devenu parc naturel, la région est devenu un exemple en matière de conservation d'écho-système. Elle a même été classée "Réserve biosphère" par l'Unesco.
Vers Can GioVers Can Gio
Passé le bac à Nhà Bè on emprunte une longue ligne droite qui traverse la zone de part en part. A peine une heure de moto plus tard, après avoir traversé cette forêt dense et enjambé quelques 7 ponts, les palétuviers laissent place à un paysage plus aride, balayé par un vent chaud. Au bout de la route, juste avant le village côtier de Cần Giờ, on pourrait presque se croire à Guérande. De part et d'autre, des étendues planes de marais salants où s'activent quelques paludiers.

Marais salant à Can gioMarais salant à Can gioMarais salant à Can gioMarais salant à Can gio
Je gare ma moto sur le bas côté et commence à avancer sur les diguettes en terre qui quadrillent l'étendue des marais. Elles divisent la surface en des dizaines de petits bassins qui viennent "piéger" l'eau de mer avant qu'elle ne s'évapore pour ne laisser qu'une fine croute de sel. Ici et là j'aperçois des hommes en train de pédaler, assis sur de petits tabourets.
Marais salant à Can gio
En m'approchant, je remarque qu'il s'agit en réalité de roues à aubes en bois, servant à acheminer l'eau des canaux dans les bassins. Grâce à ce système, l'eau peut ainsi pénétrer les bassins même lors des "petites" marées.
Marais salant à Can gioMarais salant à Can gio
En arrière plan, des femmes passent inlassablement de gros rouleaux pour aplanir la surface des bassins. Un peu plus loin, des hommes mettent en sac le précieux NaCl qui sera acheminé par camion vers les usines de conditionnement.