Xin Man-Vinh Loc
Ce matin du 4 Octobre, nous ne sommes plus que 5 sur les 6 de départ. On quitte Xín Mần avec l'idée de regagner Ha Giang que nous n'avions pas pu rallier hier pour les raisons que vous savez. Il est 7 heure et la bourgade est déjà animée. On salue une dernière fois notre réparateur de motos et on file en direction de l'est.
Xin Man-Vinh LocXin Man-Vinh Loc
Peu après Xín Mần, la route passe par un pont suspendu qui enjambe une rivière encaissée. Le paysage est grandiose avec cette brume matinale qui rajoute une touche de mystère. Après le pont, la route se sépare en deux. Pour une raison inexpliquée, deux de nos compères (les mêmes qui s'étaient égarés dans la pampa le deuxième jour) prennent plein nord, en direction de... la frontière chinoise.
Xin Man-Vinh LocChinese borderChinese borderChinese border
Pourtant, au bout de quelques mètres, un panneau "Khu vực biên giơí" traduit en chinois et en anglais ("frontier area") met en garde les voyageurs. Il est vrai que la proximité de la Chine agit comme une force d'attraction. Nous voilà tous engagés sur cette route qui longe la rivière et qui pénètre progressivement vers l'inconnu.
Chinese borderChinese borderChinese borderChinese border
Seuls quelques camions prennent la direction de la frontière. La route est par moment en partie barrée par des éboulements. Vision irréelle: perchée sur un gros rocher, une jeune fille de minorité ethnique contemple le paysage. En m'approchant, je m'aperçois qu'elle tient un téléphone mobile à la main...
Xin Man-Vinh LocPascal, Hang et moi décidons de faire demi-tour avant que les douaniers chinois ne nous interceptent. A cet endroit, la frontière n'est pas "ouverte" aux voyageurs de passage, encore moins à ceux qui ne possèdent pas de visa...
Chinese border

On revient donc sur nos pas et on attend patiemment nos deux compères de l'autre côté du pont. De longues minutes plus tard, les voilà qui arrivent la mine défaite. Pascal C. n'en peut plus, il craque. Après la journée très éprouvante d'hier, il n'a pas supporté cette nouvelle déconvenue chinoise. Il décide de regagner Xín Mần et de rallier Hanoi en bus (sa moto l'accompagnera dans le coffre ou sur le toit). La suite lui donnera sans doute raison, car à plusieurs reprises nous aurons une petite pensée pour notre ami, devant les quelques difficultés qui vont encore entraver notre progression.


Xin Man-Vinh LocXin Man-Vinh Loc
Après seulement une petite heure, nous voilà plus que 4 à poursuivre la route. La pluie s'est mise à tomber de nouveau. On décide sagement de renoncer à Ha Giang et de descendre plus au sud vers le lac Ba Bé. La distance est longue mais la route semble bonne, du moins sur la carte... On ne va pas regretter cette décision car la route qui va de Xín Mần à Hoàng Sù Phi est superbe, dominant des cultures en terrasses d'un vert éclatant.
Xin Man-Vinh LocXin Man-Vinh Loc
On arrive à Hoàng Sù Phi vers 9 heures, idéal pour notre pause petit-déjeuner synonyme de phở, la soupe traditionnelle à base de pâtes de riz (bún) -à ne pas confondre avec les pâtes de blé (mì)-, véritable institution au Vietnam.
Hoang Su PhiHoang Su Phi pho
Petite échoppe obscure donnant sur la rue, arrière cuisine encore plus obscure (où un enfant fait la vaisselle dans une bassine), mais sans doute le meilleur phở* qu'il m'ait été donné de goûter depuis 3 ans que j'arpente ce pays.
Hoang Su Phi phớHoang Su Phi phớHoang Su Phi phớ
La patronne, bien charpentée, se fait un plaisir de nous préparer ces quelques bols de soupe qui vont nous permettre de poursuivre notre route le ventre plein.

*Pour les fanatiques du phở, la soupe nationale, véritable institution au Vietnam, voici un lien vers un article du journal "Le Monde" qui revient sur l'origine du breuvage divin: http://www.lemonde.fr/style/article...