Les easy riders avant le grand départA peine débarqué du Boeing 777 de la Vietnam Airline en ce samedi 5 avril 2014, après 13 heures de vol, que me voilà dans la petite rue Hang Hanh (notre point ralliement) aux côtés de mes 5 compagnons de voyage. Nous sommes en effet six furieux et furieuses, tous amoureux du Vietnam (pour des raisons diverses et variées) et plus ou moins aguerris aux ballades à moto sur les sentiers du Bắc Bộ (la région la plus nord du Vietnam). De droite à gauche sur la photo il y a bien sûr Pascal, le commandant en chef qui arpente cette région depuis tellement longtemps qu'il en a perdu ses cheveux, Hang qui en plus d'être l'une des deux autochtones de l'équipe, cumule les fonctions de trésorière, interprète et GPS, Philippe le baroudeur ancien prof de sport qui a traîné ses guêtres en Afrique avant de s'établir au Vietnam où il a rencontré Loan notre deuxième "locale" passionnée de photo et adepte ou plutôt addicte du Nikon, enfin Gérard le vieux sage qui a la fâcheuse habitude de suivre celui ou celle qui le précède les yeux fermés (ne vous fiez pas aux apparences, la différence de tailles n'est due qu'à un effet de perspective) .
Hanoi Lang Son
Le temps d'une photo de groupe devant notre Hôtel Golden Lake et nous voilà partis. Première déconvenue: il pleut. Nous sommes en avril et c'est le début de la saison des pluies. Heureusement j'avais un peu anticipé en allant à Décath chercher un pantalon imperméable Tribord à 14€ qui fera parfaitement l'affaire. La bonne nouvelle c'est que je retrouve ma bonne vieille Honda 125 noire qui m'avait accompagné sur ces mêmes routes du nord il y a près d'un an et demi. A l'époque, j'avais du payer 150$ de réparations à Cương, le loueur de moto, après avoir "explosé" le tableau de bord et fossé la direction. J'espère que mes débuts laborieux comme motard certifié m'éviteront les déboires de la première expédition (j'ai obtenu le permis à la 4ème tentative en août dernier sur le plateau à Landivisiau).
Hanoi Lang Son
La sortie de Hanoi est vraiment laborieuse. Outre la pluie, il y a un trafic monstre avec des camions et des cars partout. On peine à trouver la sortie vers Lang Son qui n'est indiquée que très sommairement. Finalement on parvient à s'extirper de la mêlée et à prendre la direction Nord-Est vers notre première ville-étape. A mi-chemin on s'arrête en bord de route pour boire un Cà Phê Sữa Đá, le café au lait glacé (un régal typiquement Viêt). J'en profite pour m'acheter une paire de tongs "Abercrombie & Fitch" à 100.000 dong, authentique copie made in China (à propos, vous avez vu que les 40.000 ouvriers chinois de ces usines de chaussures de marques sont en grève! Décidément tout se perd...). Au loin on aperçoit déjà les premiers pitons calcaires recouverts de végétations qui font toute la magie de cette région. Un avant goût de ce qui nous attend dans les prochains jours...
Casques Bo Doï sur la route vers Lang Son
Sur un étalage, quelques casques Bo Doï nous rappellent que nous entrons dans le coeur même de la nation Viêt, là-même où il y a plus de 60 ans, Ho Chi Minh et ses soldats fondaient le Viêt Minh et organisaient la lutte armée pour l'indépendance. On arrive à Lang Son à la tombée de la nuit. Les français que nous sommes avons une petite pensée pour nos compatriotes qui "prirent" la ville une première fois en 1885 aux mains des Chinois, comme en témoigne cette illustration tirée d'un journal de l'époque.
Capture de Lang Son en 1885